Junk Garage

Dépotoir d'une otaku à temps partiel

05 mars 11

Teddy blues

(Oh mon dieu, ça fait tellement longtemps que je n'ai pas mis à jour ce blog que même l'interface de Canalblog a changé !)

Et oui, ça fait longtemps, le pire étant que j'ai un article que je dois écrire depuis environ 2 mois mais que je n'arrive pas à coucher sur papier... C'est la vie. Vous remarquerez que le rythme de la fac est tellement bien fait qu'on pourrait le résumer par "tu vas rien foutre pendant un mois puis tu vas en chier non-stop jusqu'à la fin de l'année pour rattraper tout ça", ce qui explique que j'ai comme l'an dernier une grosse période de blanc aux alentours de février-mars-avril. Mais trêve de blablatages et attaquons le sujet du jour.

Par un après-midi fort déprimant, j'ai reçu un mail de mon frère contenant un lien menant vers une vidéo elle-même fort déprimante que je me devais de faire partager : les aventures de Misery Bear.


miserybear

Comme son nom l'indique, Misery Bear est un ours (en peluche) dépressif, triste star d'une série de courts-métrages diffusée sur Internet et produite par la BBC. Selon son sîte officiel, c'est même "l'ours le plus seul, malheureux et alcoolique du monde". Misery Bear essaye -un peu et sans trop se forcer- d'être heureux, mais grosso-modo dès qu'il lui arrive un truc sympathique dans sa vie, il se prend un gigantesque retour de karma dans la tronche et fini plus seul, malheureux et saoul que jamais.

Vous me demanderez alors ce qui peut motiver les gens de la BBC à mettre en scène de telles horreurs, mais la réponse se trouve dans la question. Ils sont Anglais. Et Misery Bear n'est donc pas une série dramatique mais bien comique. De l'humour évidemment bien noir, complètement cruel et assumé comme tel ; en un mot, Anglais.


La vidéo d'origine : Misery Bear au travail



Cet ours en peluche est certainement la chose la plus adorable sur laquelle mon regard ait eu l'occasion de se poser depuis longtemps : il est juste pathétiquement mignon. Il n'y a pas de dialogues à proprement parler dans la série, tous les clips sont muets et, à la Mister Bean, tous les personnages ne s'expriment que par des petits cris. Il y a à ce jour 10 vidéos disponibles, toutes d'un peu plus de 2 minutes, qui s'acharnent à rendre ce pauvre ours toujours plus déprimant et déprimé.

Mais ce qui est intéressant, ce n'est pas tant la série en elle-même qui, soyons honnête, fini par vous donner envie de vous suicider ou de vous plonger dans un coma éthylique à long terme, mais les réactions qu'elle suscite. Misery Bear a en effet, en plus de son site officiel, un twitter qui est particulièrement drôle à suivre. On y voit les élans d'amour des spectateurs mais l'ours y partage aussi ses coups de blues à travers des messages hilarants type "cette nuit j'ai rêvé que j'avais des amis et une copine. Ce n'était qu'un rêve".
Il est difficile de ne pas voir derrière cette mini-série un peu de la réalité également, ce qui semble être soutenu par les commentaires de diverses personnes expliquant qu'elle montre avec humour et dérision leurs propres tourments quotidiens. Je n'aime personnellement pas donner une quelconque signification aux séries purement humoristiques, donc je ne sais pas si je me positionnerai vraiment de la même façon qu'eux sur ce point. J'y vois plus une façon de tacler ce qui reste de vos rêves d'enfant en martyrisant un pauvre ours en peluche. Il faut dire que voir un nounours vomir dans les toilettes après s'être bourré la gueule, c'est à la fois marrant et malsain...

Ce qui est sûr, c'est que les gens derrière le projet ont bien dû s'amuser car tout en gardant un côté cheapos (ce n'est vraiment qu'une peluche agitée devant une caméra !) c'est assez bien fait et très drôle de voir cette adorable petite chose évoluer dans le monde réel et se trouver confronter à toute sa violence et cruauté.
Misery Bear aura-t-il un jour droit au bonheur ? Beaucoup semblent le vouloir, mais à mon avis on n'a pas fini de le voir souffrir... Et c'est tant mieux :D

L'intégralité des vidéos sur le sîte de la BBC, c'est par ici.

Posté par Katua à 15:47 - Divers - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : , ,

Commentaires

    Il me rappelle le robot de H2G2 ^^

    Posté par Silveda, 15 mars 11 à 16:08
  • Ouarf, ouarf je me marre... jaune.

    Il me fait penser à mon bon vieux Tinours.j'avais pensé faire un jour un remake de Shining avec lui.

    Je connaissais le Misery Bear à cause de Dawn Of The Ted qui était diffusé sur Canal +.

    ET FAUT FAIRE UN DON OU KATE MOSS TUERA MISERY BEAR!

    le lien là: http://www.youtube.com/watch?v=w0Yr9QzOb-Q&feature=player_embedded

    Posté par Al-kE-mE, 17 mars 11 à 14:00
  • Tinours X Shining ? NEED. La scène de la porte défoncée... JE PEUX L'IMAGINER OHMONDIEU !!

    Silveda -> haha c'est vrai qu'il y a un air ! Mais je dirai que Marvin est encore pire, parce qu'il ne peut même pas boire pour oublier que sa vie est pourrie XD

    Posté par Katua, 17 mars 11 à 19:11
  • Mais c'est super triste comme série ! Pauv' Nounours ! ;_;

    (Mes commentaires sont souvent d'une rare intelligence et très enrichissants ._. )

    Posté par Bobo, 30 mars 11 à 16:06
  • solitude

    Pour moi, je pense que d'un côté, il y a des situations marrantes, mais de l'autre, ça insiste bien sur le fait de montrer à quel point la solitude peut dévorer quelqu'un. L'épisode de Noël, par exemple, n'a rien de drôle, tout le monde le reconnaîtra. Par contre, il montre bien au fil des vidéos le gigantesque vide qu'on ressent quand on est seul (ou qu'on se sent seul), jour après jour, pendant des années...
    Je pense que beaucoup de personnes par conséquences peuvent se reconnaître dans les vidéos, car ils ont vécu ça eux-même à un moment de leur vie et c'est peut-être quelque chose qui est trop tabou (en tout cas probablement en Angleterre) pour qu'on ose en parler trop librement. Je sais pas, c'est qu'une théorie mais c'est comme ça que je ressens les choses....

    Posté par laptev, 05 avr. 12 à 20:51
  • Je tape "ours peluche triste alcoolique" je tombe sur ton blog, c'est ti pas beau ça ?

    Posté par Ana, 23 août 12 à 11:50

Poster un commentaire